Armatura

Forum du groupe AMHE Armatura


Victor Ernest Thorel, l'Homme à la dragonne!

Partagez
avatar
Ju

Messages : 26
Date d'inscription : 09/03/2014
Age : 28
Localisation : Dijon

Victor Ernest Thorel, l'Homme à la dragonne!

Message par Ju le Mer 26 Mar - 18:33

Le capitaine Victor Ernest Thorel, ou capitaine Thorel tout court (parce-que quand on s'appelle Victor Ernest, on la ramène pas trop), rédige en 1915 une méthode d'escrime à la baïonnette originale, innovante, en comparaison à ces homologues Dubois, André et autres commentateurs de méthode officielle.

On ne sait pas grand chose sur le capitaine Thorel, nous savons seulement qu'il publia quelques textes sur le combat, notamment un alléchant "Sabre contre lance et contre sabre" actuellement indisponible (J'ai peut être pas le niveau, mais une fois la question de la dragonne réglée je compte bien partir en quête de cet ouvrage) ou encore un "Combat singulier. Sport athlétique. L'Art de piloter la machine humaine à la portée de tous. Innovations françaises" au titre aussi pompeux que pompant, tels les Dupondts, je dirais même plus aussi pompant que pompeux.  
Bref, à part quelques uns de ces titres, et une ou deux références dans d'autres livres évoqués ici bas dans l'un ou l'autre des topics sur le sujet, comme chez André Gaucher (alias Dédé la fausse-patte) ou encore le capitaine Laur (de maison du ca...pitaine*).


Le combat à la baïonnette avec l'emploie d'une dragonne.**


Avec un titre aussi éloquent, je comprend que vous soyez tout feu tout flamme, mais avant de vous trouvez un âne et de partir en quête d'une princesse, comptez jusqu'à quatre.
Thorel présente ainsi dans ce court texte (quelques 15 pages seulement) un système aux nomenclatures proche de l'escrime au fleuret (ou autre), de sixtes, des quintes, et compagnie, proposant de nombreux enchainements de coups, sans tenue ignifugée, utilisant aussi bien la crosse que la pointe. Il décrit aussi assez précisément les "cibles" à atteindre dans le cadre spécifique de l'époque, c'est à dire l'affrontement avec les soldats équipés pour le conflit de tranchée (à ne pas confondre avec la tranche de confit), posant ainsi les bases de "l’adaptation contextuelle" qui sera le leitmotiv des méthodes de 1916, 17, 18 etc, (cf l'article de Arta Duellatorum, "oh l'autre eh, comment il s'la péte!").
Il évoque aussi l'utilisation de feintes, ce qu'aucun auteur (sauf peut être ce que l'on ne connait pas encore) ne développe vraiment, car ce concept que l'on rencontre plus souvent au fleuret parait difficilement (fficilement!) applicable au fusil-baïonnette, mais bon, je vous laisserais seul juge de la question!

En fait, la plus grande particularité de la méthode Thorel réside dans l'utilisation d'une dragonne adaptée au fusil (avec le bon dressage, tout ça tout ça). La dragonne permet selon Thorel d'utiliser de manière bien plus sécurisé le "lancer", rappelez vous, l'estoc longue où l'on lâche la main gauche (Cf tout ceux qui en parlent); la dragonne permet dans ce cas de ne pas perdre son fusil en cas de parade de l'adversaire, ce qui est le risque majeur de cette attaque redoutablement efficace.
Et en même temps c'est vrai qu'avec les crocs, les griffes, les ailes, et le feu, on comprend mieux que l'adversaire ne fasse pas le malin en face...
Il explique même comment se fabriquer cette dragonne, prouvant ainsi la simplicité de l'accessoire qui impact pourtant grandement son système. "Alors vous prenez un oeuf, une très grosse poule, des braises..."

Oui c'est redondant, mais je les fait toutes comme ça vous pourrez pas pourrir mon topic!


L'influence de Thorel se fera sentir longtemps puisque Gaucher (encore lui) responsable du Comité pour le Combat à la Baïonnette, et par ainsi de l'enseignement de cette escrime aux soldats au front, basera en grande partie sa pédagogie sur les écrits du capitaine.

Le chose :


Le combat à la baïonnette avec l'emploie d'une dragonne.
Par le capitaine Thorel
Librairie L.Desvignes; 1915; Paris

https://docs.google.com/file/d/0ByGICcee2dhNVTctV3puUm9BVlk/edit?usp=drive_…



vous l'aurez bien évidement compris, il ne s'agit pas là de monstre légendaire, n'en déplaise à Tolkien, Hobb, Martin, Paolini et les autres, ni même de l'éternelle rivale de la chasseuse, mais bien de lanière de cuir.

HOU YEAH!

Bonne lecture!




*Oui bon, là, c'est allé un peu loin, pitaing! (Comme dirait Anthony.)
**Non, Stéphanie, non!

    La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 14:48