Armatura

Forum du groupe AMHE Armatura


Découvertes au fil des lectures

Partagez
avatar
Mike
Admin

Messages : 420
Date d'inscription : 04/12/2011

Découvertes au fil des lectures

Message par Mike le Jeu 3 Jan - 15:55

[Veuillez citer vos sources, sous peine de suppression du message]


Concernant l' entrainement des soldats romains:


Le maniement des armes, ou plutôt l'escrime, avait lieu le matin et l'après midi; on donnait aux soldats le bouclier rond d'osier qui pesait le double de ceux dont on ce servait à la guerre, et le bâton, une fois plus lourd que l’épée qu'ils remplaçaient. Avec ces espèces de fleurets, on les faisait s'escrimer "contre le pieu". Chaque soldat plantait son pieu de façon qu'il tint fortement, tout en le laissant dépasser hors de terre de la hauteur d'un homme, soit six pied environ. Contre cet ennemi fictif, bâton en guise d'arme véritable, et s'exerçait avec autant d'énergie que sur un adversaire réel, tantôt portant des coups au visage, à la tête, tantôt l'attaquant aux flancs. Quelques fois même, il se mettait en position de lui couper les jarrets; il avançait, reculait, s'étudiait à le frapper en sautant, cherchait à s’élever avantageusement au-dessus de son bouclier et à s’abaisser tout à coup pour s'en couvrir, frappant le pieu avec toute la vigueur et l'adresse qu'il aurait déployées dans un véritable combat.
ref: LETAINTURIER-FRADIN G. - les joueurs d'épée à travers les siècles ( citant Végèce- Livre I - chapitre XI XII )

A propos des tournois:
Les tournois furent une création national et bien française; les étrangers appelaient ces genres d'exercices: combat des français ou à la manière des français.On attribut l'invention de ces jeux a Geoffroy de Preuilly mort en 1066;...

les armes utilisées dans les tournois étaient des lances sans fer, des épées sans taillant ni pointes; quelquefois même on employait des épées en bois ou de simples cannes.

ref: LETAINTURIER-FRADIN G. - les joueurs d'épée à travers les siècles
avatar
Mike
Admin

Messages : 420
Date d'inscription : 04/12/2011

Re: Découvertes au fil des lectures

Message par Mike le Lun 16 Sep - 17:45

La légende des Nibelungen . Chanson de geste du XIIIem s. texte de G. Burdoncle

(il est parlé d'une joute en 3 épreuves. Qui battra Brunhilde à cette joute aura le droit de l'épouser)

  • "On trace un cercle ou la joute doit avoir lieu..." "Brunhilde saisie l'écu d'une main et lève le javelot"



  • (brunhilde)"saisit la pierre et la jette à 12 brasses de distance"



  • "D'un bond elle [la pierre] la rejoint"

(Siegfried et Kriemhilde se rendent à la fête. A leur arrivé a Worm le roi Gunther fait ouvrir les jeux : )
"Alors les chevaliers montrèrent toute leur vigueur dans des joutes brillantes, entrechoquent les boucliers qui résonnent, sous les coups d'estoc et de taille"
(Voyage des Burgondes au Pays des Huns... une joute à la lance oppose Volker à un jeune damoiseau:)
"Mais Volker...lança en avant son rapide coursier puis, tirant son épée, le trompa par une feinte et la lui passa au travers du corps"
(Toujours au pays des Huns, Kriemhilde par vengeance, veux faire exterminer tous les Burgondes présent)
"....Ce fut le signal du combat. Ceux qui n'avaient pas d'armes, saisissent des escabeaux et des chaises qu'ils brandissent comme des massues."
avatar
Mike
Admin

Messages : 420
Date d'inscription : 04/12/2011

Re: Découvertes au fil des lectures

Message par Mike le Mer 18 Sep - 17:16

Chanson de geste: la chanson de Roland [contes et légendes du moyen age français-  Marcelle et Georges Huisman]

Ganelon a voulu se venger de Roland et beacoups de chevaliers sont morts, ainsi que Roland. Charlemagne va donc juger Ganelon. Ganelon dit ne pas avoir trahi Charles et Roland mais s'etre simplement vengé. (on ce trouve dans un cas de duel judiciaire en champ clos pour savoir lequel des partis a raison.):

Ganelon réunit ses parents. Le plus vaillant d'entre eu, Pinabel, n'a jamais été vaincu en combat singulier. Il promet de prouver les armes à la main, le bon droit de Ganelon.
    Aussitôt, Thierry d'Anjou se propose à Charles comme champion de Roland. S'il meurt, Ganelon a raison, et Charles lui pardonne. s'il est vainqueur, Ganelon est traître, et ses trentes parents mourront avec lui.
    Les deux chevaliers revêtent le heaume et le haubert, et , à cheval, entrent dans le champs clos.
avatar
Mike
Admin

Messages : 420
Date d'inscription : 04/12/2011

Re: Découvertes au fil des lectures

Message par Mike le Dim 2 Aoû - 16:07

...Henry premier, dit que Guillaume Crespin Comte d'Eurcux, que Henry auoit au parauant banny de Normandie pour ses démérites, rattacha au Roy Cufdit , & se rua sur luy si furieufement, que de deux coups d'espée qu'il luy donna sur la te^ste, bien que son habillement de teste fut à l'espreuve,& que le coutelas du Comte ne le peut outrer, si est-ce qu'il estourdit et estonna tellement le Roy, que le sang luy ruiselant par les narines, peu sen fallut, qu'il ne fut abbatu. Et que Henry se sentant si bien et vivement touché, espris de colere et fureur, rendit si bien la pareille au Comte, qu'il le rua ius de son cheual ( autres dient,qu'il mit homme & cheval par terre) & cestuy ainsi terrassé, fut pris & conduit à Rouen en prison.

Titre : Les grandes annales et histoire générale de France, dès la venue des Francs en Gaule jusques au règne du roy très-chrestien Henry III. Tome 1 folio 481v
Auteur : Belleforest, François de (1530-1583)
Éditeur : G. Buon (Paris)
Date d'édition : 1579
Gallica
avatar
Mike
Admin

Messages : 420
Date d'inscription : 04/12/2011

Re: Découvertes au fil des lectures

Message par Mike le Jeu 6 Aoû - 19:59

"Il y a quelques années seulement de cela, lorsque Notre-Dame n’était pas encore veuve de son archevêché, les duels et les tournois avaient lieu à la pointe de l’île, près de ce pont que l’on appelle le pont Rouge, sans doute par ce qu’il est peint en gris : ce lieu désert était propice à vider les querelles qui avaient ordinairement pour motif la possessions de quelques Hélène de bas lieu. Les champions arrivaient suivis de leurs témoins et demandaient avant de commencer : « Va-t-on de tout ? »
Selon la gravité de l’offense appréciée par les seconds, la réponse était affirmative ou négative. « On va de tout, » cela voulait dire que l’on pouvait se manger le nez, s’extirper les yeux avec le coup de fourchette, s’arracher les oreilles, et se servir des dents et des ongles ; dans le cas contraire, les coups de pied et les coups de poing étaient seuls permis, différence qui représente assez bien les duels au premier sang et les duels à mort. Quand on allait de tout, les bottes secrètes, les coups de traître, tout était bon. En ce temps de barbarie, des maîtres montraient aux barrières, pour deux sous, les trois coups : crever le tympan, faire sauter le globe de l’oeil et couper la langue par un coup dessous le menton."

Le maître de chausson
par
Théophile Gautier


_________________
==Mon site Wordpress ==

F.B : Mikarmatura

=Mon Pinterest=
avatar
Mike
Admin

Messages : 420
Date d'inscription : 04/12/2011

Re: Découvertes au fil des lectures

Message par Mike le Jeu 6 Aoû - 21:15

"Le soldat français doit mettre son orgueil dans:
-1. la rapidité et la violence de l'attaque, l'activité poussé au paroxysme
-2. la connaissance des parties du corps les plus vulnérables
-3. la pratique presque machinale et brutale des coups les plus efficaces
Ce qu'il doit acquérir c'est l'agressivité brutale"

A propos de la dernière édition du règlement générale d'éducation militaire de 1927


_________________
==Mon site Wordpress ==

F.B : Mikarmatura

=Mon Pinterest=
avatar
Mike
Admin

Messages : 420
Date d'inscription : 04/12/2011

Re: Découvertes au fil des lectures

Message par Mike le Jeu 6 Aoû - 21:25

Des armes qui furent faites entre Jehan de Merlo, castilain, et le seigneur de Chargny, bourguignons le vendredi XIj jour d’aoust 1435.
“Nous avons veu que le chevalier, qui cy est venu, aporte ung becq de faucon, en lieu de hache, et vous sçavez qu’ilz doivent combattre de haches; et nous semble qu’il y at grant différence…”
“Mon très redoubté seigneur, monseigneur de Chargny est d’accord, pour l’onneur de vous et de gentillesse, et pour son honneur, et non pas pour droit, que l’autre combatte de son becq de faucon; ce que l’on n’a point veu ou royaulme de France; car becq de faucon n’est mie hache, ains sont deux choses.”
Chroniques de jean le Fèvre, seigneur de Saint-Remy.


_________________
==Mon site Wordpress ==

F.B : Mikarmatura

=Mon Pinterest=
avatar
Mike
Admin

Messages : 420
Date d'inscription : 04/12/2011

Re: Découvertes au fil des lectures

Message par Mike le Jeu 6 Aoû - 21:44

" they wield the axe with one arm, their thumb extending along
the shafts, and guiding the stroke, from whose violence neither
helmet, nor coat of iron mail, arc sufficient protection; whence it
has happened in our days, that a single stroke has severed a heavy-
armed horseman in two, thorough his massy covering of iron armour,
one side falling one way, and the other a contrary way.”
et
"These hatchets’ he says, ” they always carry in their hand, as walking-
staffs, ready instruments of death, not requiring to be unsheathed
like a sword, or bent like a bow ; without further preparation than
raising the arm, it inflicts a deadly wound.”

...de Giraut de Barri
https://irishmartialarts.wordpress.com/2009/02/22/giraldus-cambrensis/


_________________
==Mon site Wordpress ==

F.B : Mikarmatura

=Mon Pinterest=
avatar
Mike
Admin

Messages : 420
Date d'inscription : 04/12/2011

Re: Découvertes au fil des lectures

Message par Mike le Sam 8 Aoû - 13:32

On n'avait pas de masque. C'était le Méridional, je crois, qui avait demandé à ce qu'on combattît nez découvert.
L'assaut s'engage. Cadet est atteint et ne crie pas: "touché!". Atteint encore, il nie.
"Je vais marquer les coups", fit Lecour.
Et alors la grêle commence. Lecour enfin s'arrête, lève son gant, et montrant à Cadet la peau toute chaude de son nez collée au cuir: "Êtes-vous touché?" dit-il.

Jules Vallès
BOXEURS, LUTTEURS

http://www.capoeira-palmares.fr/histor/valles.htm


_________________
==Mon site Wordpress ==

F.B : Mikarmatura

=Mon Pinterest=
avatar
Mike
Admin

Messages : 420
Date d'inscription : 04/12/2011

Re: Découvertes au fil des lectures

Message par Mike le Dim 4 Oct - 10:00

La chanson Irlandaise "Barney Hare" parle de défense au bâton (le baton Irlandais Shillelagh)

"Ah now, when I landed on the quay,
Sure, I found myself in danger;
Some boys began to follow me,
For they knew I was a stranger.
Says one of them, "Give me that stick!"
From me he tried to snatch it;
So I brought it down upon his crown,
With a blow that made him scratch it."


_________________
==Mon site Wordpress ==

F.B : Mikarmatura

=Mon Pinterest=
avatar
Mike
Admin

Messages : 420
Date d'inscription : 04/12/2011

Re: Découvertes au fil des lectures

Message par Mike le Dim 4 Oct - 12:34

« ici ce sont des voltiges, on appelle ainsi tous les coups donnés en marchant ; là c'est la rose couverte qui s’exécute, c'est-à-dire un mouvement de rotation tellement rapide imprimé à la canne autour de la tête, que cette partie du corps se trouve comme abritée sous un cahperon impénétrable ; plus loin ce sont des fouettés par lesquels le bâtonniste se crée une sorte de ceinture à l'aide du même procédé. La dextérité et la souplesse française apparaissent dans ces exercices avec avantage. »
Titre : Le sport à Paris : ouvrage contenant le turf, la chasse, le tir au pistolet et à la carabine, les salles d'armes, la boxe, le bâton et la canne... Auteur : Chapus, Eugène (1800-1877) Éditeur : L. Hachette (Paris) Date d'édition : 1854
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6580447d/f125.image


_________________
==Mon site Wordpress ==

F.B : Mikarmatura

=Mon Pinterest=

Contenu sponsorisé

Re: Découvertes au fil des lectures

Message par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Ven 20 Oct - 1:15